Consommation : deux tiers des cosmétiques bios vendus en Nouvelle-Aquitaine, présentent des anomalies

PORTRAIT D’ALUMNI ; MARINE CHEVALIER ISG 2007 CO-FONDATRICE ET CEO DE MY BEAUTY COMMUNITY
16 octobre 2021
La filière de la cosmétique s’engage pour l’emploi des jeunes
5 novembre 2021
Tout montrer

Depuis plusieurs années, les cosmétiques bios envahissent les rayons des magasins spécialisés et des grandes surfaces. Pourtant, l’étiquette peut parfois être trompeuse.

L’octocrylène (CAS No 6197-30-4, EC No 228-250-8) est un filtre-ultraviolet pouvant être utilisé jusqu’à 10 %, en acide, dans les produits cosmétiques (1). Cet ingrédient a souvent, et encore récemment, été sous le feu des projecteurs en raison de son effet allergisant ou de son potentiel effet de «perturbateur endocrinien ». 

D’ailleurs, le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) a récemment publié un avis préliminaire, suite à la réévaluation de la sécurité de l’octocrylène dans les produits cosmétiques, où il indique que les preuves disponibles ne sont pas suffisamment concluantes pour permettre de déterminer un effet de perturbateur endocrinien lié à cette substance. Le SCCS a aussi mentionné que les cas de dermatites de contact rapportés sur cet ingrédient semblent négligeables par rapport à la forte exposition à cet ingrédient (2)

Lire l’article complet sur : france3-regions.francetvinfo.fr

Lire l’article complet sur : france3-regions.francetvinfo.fr