L’octocrylène : le nouveau “Pavé dans la marre”de l’industrie cosmétique

BREXIT et COSMETIQUE, ATTENTION un statut peut en cacher un autre
21 décembre 2020
Tout montrer

L’octocrylène (CAS No 6197-30-4, EC No 228-250-8) est un filtre-ultraviolet pouvant être utilisé jusqu’à 10 %, en acide, dans les produits cosmétiques (1). Cet ingrédient a souvent, et encore récemment, été sous le feu des projecteurs en raison de son effet allergisant ou de son potentiel effet de «perturbateur endocrinien ». 

D’ailleurs, le SCCS (Scientific Committee on Consumer Safety) a récemment publié un avis préliminaire, suite à la réévaluation de la sécurité de l’octocrylène dans les produits cosmétiques, où il indique que les preuves disponibles ne sont pas suffisamment concluantes pour permettre de déterminer un effet de perturbateur endocrinien lié à cette substance. Le SCCS a aussi mentionné que les cas de dermatites de contact rapportés sur cet ingrédient semblent négligeables par rapport à la forte exposition à cet ingrédient (2)

Il semble pourtant que le procès de l’octorylène ne soit pas encore fini ! 

Une récente publication dans la revue scientifique Chemical Research in Toxicology (3) a encore mis sur la sellette ce filtre ultraviolet. En effet, le chercheur Downs et son équipe ont révélé que la teneur en benzophénone a augmenté dans des produits solaires contenant de l’octocrylène, après les avoir soumis à un vieillissement accéléré de six semaines (40°C, RH 75%) représentant une durée d’un an à température ambiante. 

L’augmentation de la concentration en benzophénone, un composé considéré comme mutagène, carcinogène et perturbateur endocrinien selon les auteurs, serait un produit de dégradation de l’octocrylène contenu dans les produits testés et serait également due à l’utilisation de l’octocrylène contaminé par le benzophénone. 

Cette publication a suscité des débats entre ceux qui dénigrent un ingrédient autorisé et réclament déjà de boycotter les produits en contenant et ceux qui essaient de le défendre. Cependant, après cette publication, qui pointe de doigt un effet sur le long terme, les industries cosmétiques sont invitées à réfléchir sur comment limiter l’exposition des consommateurs à ce produit de dégradation, qui est le benzophénone.

Comme mentionné dans la publication de Downs et al. (3)

  • L’utilisation d’un octocrylène non-contaminé ou l’incorporation d’un ingrédient stabilisateur de l’octocrylène pour empêcher sa dégradation seraient un moyen pour limiter la production du benzopénone dans les produits cosmétiques. 
  • D’autres pistes devraient également être étudiées par les industriels cosmétiques comme la réévaluation de la PAO, de la date d’expiration ou encore le suivi de la stabilité des produits tout au long de la durée de vie (i.e. dosage de l’actif, impureté à risque). 

En guise de conclusion, les industries cosmétiques doivent porter une attention plus particulière aux produits solaires. Des méthodes de d’encadrement existent.  Chercher/proposer, mécaniquement, des alternatives à ingrédient avec un long historique, toujours autorisé et aussi efficace ne sera jamais pas la seule et l’unique solution. 

Références : 

  1. RÈGLEMENT (CE) No 1223/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques. Journal officiel de l’Union européenne. Consulté le 10/03/2021. Disponible via : Règlement (CE) no 1223/2009 du Parlement européen et du Conseil du 30 novembre 2009 relatif aux produits cosmétiques (europa.eu)
  2. OPINION on Octocrylene. SCCS/1627/21 Preliminary opinion. Scientific Committee on Consumer Safety (SCCS). Consulté le 10/03/2021. Disponible via: Opinion of the Scientific Committee on Consumer Safety on o-aminophenol (A14) (europa.eu)
  3. Benzophenone Accumulates over Time from the Degradation of Octocrylene in Commercial Sunscreen Products. C. A. Downs, Joseph C. DiNardo, Didier Stien, Alice M. S. Rodrigues, and Philippe Lebaron. Chemical Research in Toxicology Article ASAP. DOI:10.1021/acs.chemrestox.0c00461. Consulté le 10/03/2021. Disponible via: Benzophenone Accumulates over Time from the Degradation of Octocrylene in Commercial Sunscreen Products | Chemical Research in Toxicology (acs.org)